Recherche de base Recherche avancée Recherche mots clés Recherche commentaires de jurisprudence
IUSIMPRESA - Observatoire Bibliographique du Droit des Affaires
vendredi, 20 juillet 2018
IT
IT
EN
EN
FR
FR
ES
ES
DE
DE
PT
PT



Revue de Presse Revue de Presse - Détail de l’Article [Imprime cette page]
Osservatorio Csig Firenze - 09/06/2004
Avv. Barbara Gualtieri
http://www.csig.it/


Dans le cadre splendide de la Villa del Poggio Imperiale de Florence s’est achevée, le 3 juin dernier, la IVème édition du Mastère en Droit des Technologies Informatiques organisé par l’Observatoire du Centre d’Etudes d’Informatique Juridique de Florence.

Pour l’occasion a été organisée, de façon impeccable, une journée d’études sur le thème "Le Web pour le citoyen: l'informatique juridique en défense de la liberté d’accès". Au cours de cette manifestation sont intervenus des représentants des institutions et des spécialistes qualifiés, qui se sont confrontés sur divers aspects du droit des technologies informatiques devant le public nombreux et attentif des inscrits au Mastère (avocats, avocats stagiaires, informaticiens, représentants des administrations publiques et membres d’Associations opérant sur le territoire).

Dès le premier cours, qui s’est tenu le 18 mars dernier, le Mastère a vu se succéder des orateurs qualifiés qui ont su, de façon claire et souvent passionnante, capter l’intérêt de l’auditoire, en illustrant les divers aspects du droit de l’informatique: civils, pénaux et administratifs.

Le succès remporté par le Mastère est attesté non seulement par la présence de ces intervenants qualifiés, mais aussi par la participation d’un nombre considérable d’inscrits provenant aussi bien de Florence et de la Toscane que d’autres régions italiennes.

Dans l’esprit du Csig et de son Président Massimo Melica, l’Observatoire du Centre d’Etudes de Florence et de son Directeur, Me Barbara Gualtieri, a, une fois encore, atteint avec succès son objectif de: contribuer à la formation de figures professionnelles capables de constituer un support pour les entreprises, l’Administration Publique et les citoyens aux prises avec les problématiques dérivant de l'impact des nouvelles technologies sur la vie économique et sociale.

A l’occasion de la journée de clôture du 3 juin, il a également été possible de capter un autre signe du succès du Centre d’Etudes et de la finalité à la base de son existence: la volonté, exprimée par de nombreux participants au Congrès provenant d’autres régions, de s’engager dans la création de nouveaux Observatoires CSIG dans différentes villes. C’est là la preuve que la semence jetée à l’époque par le Président, Me Massimo Melica, continue à produire des fruits et que, comme l’enseigne la tradition paysanne, “si cela se produit, le mérite en revient non seulement à la fertilité du terrain ensemencé, mais aussi à ceux qui, jour après jour, saison après saison, suivent, contrôlent et guident la germination de la semence et sa transformation en fruit”(Alfonso Buccini).

Les intervenants ont esquissé un tableau tous azimuts des nouvelles technologies et du domaine de leur opérativité, en passant du droit à la communication, à l’art, à l’ E-government, aux projets open source, aux rapports entre l’Administration Publique et les citoyens/professionnels/entreprises.

La journée de clôture du Mastère a été pour les juristes l’occasion de rencontrer des sociologues, des magistrats, des informaticiens, des techniciens et des professeurs universitaires, ce qui a permis à l’auditoire de connaître les facettes nombreuses, variées et kaléidoscopiques, à travers lesquelles le Web peut agir et interagir avec les différents utilisateurs.

Je me vois obligée ici d’utiliser un terme usé, mais je ne peux définir la journée du 3 juin que comme le fruit d’une synergie entre des savoirs ayant une formation et une provenance différentes mais qui, dans leur diversité, sont unis par la conviction et l’affirmation que la libre circulation des savoirs constitue une source de richesse inestimable; que le libre accès aux connaissances est une ressource qu’il faut protéger; et que le principe de la condivision sur le Web est un objectif à poursuivre.

M. Eugenio Handjaras, Responsable du Département de l’Organisation des systèmes informatifs de la Région Toscane, a illustré de façon claire et précise le rôle que joue cette Région aujourd’hui, ainsi que les prochains objectifs qu’elle poursuivra pour mettre les services et les résultats à la disposition des citoyens, des professionnels et des entreprises grâce à l’emploi efficace et efficient des nouvelles technologies et des services en ligne. Il a également mis en évidence les conditions et les motivations qui ont conduit à privilégier les logiciels libres.

Enrico Bisenzi di www.infoaccessibile.com a souligné que la qualité d’un produit logiciel n’est pas l’absence de défauts, la richesse de la fonctionnalité, ou l’innovation technologique, mais c’est son “accessibilité”, compte tenu des exigences des utilisateurs par rapport au contexte d’emploi; et que, pour les logiciels et les sites, apparaît indispensable l’existence simultanée de caractéristiques qualitatives, telles que l’accessibilité des contenus et l’utilisabilité, conçues de façon à respecter et à surmonter toutes les inhabiletés des utilisateurs, qu’elles soient technologiques, personnelles ou physiologiques. Il a également mis en évidence la situation critique actuelle des sites de l’Administration Publique par rapport aux paramètres précités.

Pour Firenze Tecnologia, M. Nicola Giosmin a illustré d’une manière efficace le parcours de développement réalisé par Firenze Tecnologia dans les rapports avec les entreprises, en exposant clairement la théorie et la pratique de l’ Open Source et des Logiciels libres.

Le Directeur de l' Observatoire Csig de Lecce, M. Giorgio Mantovano, a étonné la partie de l’auditoire qui ne connaissait pas encore le projet www.iusimpresa.com, en racontant, de façon ponctuelle et avec passion, les difficultés qu’il a rencontrées durant l’élaboration du projet et, à l’origine, lors de la proposition du portail aux universitaires et aux institutions, qu’un scepticisme initial poussait à considérer le projet comme quelque chose de merveilleusement utile, mais d’énormément difficile à mettre en pratique.

Eh bien, depuis son lancement le 8 mars 2003, www.iusimpresa.com voit croître continuellement son contenu, les témoignages d’approbation, le nombre des adhésions, des patronages moraux, des inscriptions et des consultations, ces dernières étant aujourd’hui facilitées par l’introduction d’une sixième langue, le portugais, porteuse de nouveaux contacts intéressants avec le monde brésilien et les pôles universitaires portugais.

Après la présentation à Bruxelles, le 28 janvier 2004, au Parlement Européen, l’attention du monde académique est allée grandissante, comme en témoigne la composition internationale actuelle du Comité scientifique.

www.iusimpresa.com a été illustré par M. Giorgio Mantovano:
- le 17 mai à Reggio Calabria, à l’occasion du Mastère en Droit et Nouvelles Technologies organisé par l'Observatoire CSIG de Reggio Calabria;
- le 10 mai à l'Université Autonome de Barcelone, à l’occasion d’un séminaire d’étude sur le droit et les nouvelles technologies, organisé par la chaire de droit constitutionnel (Prof Perez Francesch), à la présence du corps enseignant de la Faculté de Droit de l’Université et du Prof. Ernesto Capobianco, représentant de l’Université de Lecce et du Comité de l’Observatoire Centre d’Etudes d’Informatique Juridique de Lecce;
- le 13 mai à l’Université de Pavie, au Collège Ghislieri, sur invitation du Prof. Erminio Ferrari, à l’occasion du séminaire international de droit administratif sur le thème "Activités économiques et activités sociales dans les services d’intérêt général", organisé par le Département d’Etudes Juridiques de l’Université de Pavie, avec la participation de divers professeurs des Universités de Barcelone, Orléans , Poitiers , Madrid, Munich, Jena , Londres( LSE ), Francfort;
- le 14 mai à l’Université publique de Milan , dans le cadre d’un séminaire sur la recherche juridique, organisé par le Prof. Giovanni Ziccardi.

De nouveaux rendez-vous importants en Europe attendent le portail dans les prochains mois.

Pour en revenir aux interventions, Me Fulvio Sarzana a brillamment, et avec grande désinvolture, mis en évidence l’évolution des rapports juridiques entre citoyens-utilisateurs-professionnels et l’administration publique dans l’ère de l' E-government et de l’ E- procurement, en exposant avec chaleur et efficacité les théories et les problématiques.

Mme Anna Carola Freschi, professeur de Sociologie de l'organisation et Technologie et Société à la Faculté de Sciences Politiques de Florence, et actuellement coordinatrice de CAMBIO, Laboratoire de recherche sur les transformations sociales, a illustré les concepts de participation, de processus participatifs, de citoyenneté numérique et d’E-democracy.

Les professeurs Luca Toschi (Président du Cours de Laurea Specialistica “Théories de la Communication” à la Faculté de Sciences de la Formation de l’Université de Florence) et le Prof. Tommaso Tozzi (Coordinateur du Département des Arts multimédias de l’Académie des Beaux-Arts de Carrare) ont tracé un cadre de leurs expériences dans la formation grâce à l’emploi du Web, et encouragé les initiatives visant à élaborer et produire des projets, en suggérant des idées de travail et d’approfondissement.

Me Antonino Attanasio, du Tribunal de Cesena, a ensuite mis en évidence certains aspects critiques et discutables dans les rapports entre I.C.T. et droit fiscal; et M. Elio Fameli, directeur de recherche à l’ITTG - CNR , a savamment illustré le projet "Siam", système intégré pour l’acquisition et la gestion des connaissances juridiques.

L' intervention de M. Gennaro Francione (Magistrat auprès de la Section pénale du Tribunal de Rome) sur la théorie de l’anticopyright a soulevé de vifs applaudissements, émus, sincères et interminables, pour la particularité, l’approfondissement passionné et ponctuel, l’originalité et la nouveauté des théories exposées, théories qu’il avait élaborées à l’occasion du fameux jugement anticopyright qu’il avait lui-même prononcé.

Enfin ont successivement pris la parole deux professeurs d’informatique juridique renommés: le Prof. Ernesto Cianciola (Université de Bari) et le prof. Giancarlo Taddei Elmi (Université di Firenze).Dans leurs brillantes interventions, ils ont introduit et affronté les aspects philosophiques, juridiques et éthiques de la communication numérique, des desnommés agents intelligents et du Web.

Après les salutations et les remerciements que j’ai moi-même adressés à Toscana Congressi d’ Elena Finocchietti, précieux secrétariat organisateur de la manifestation et du Mastère, la journée d’études s’est achevée par une brève mais chaleureuse intervention du Président, l’Avocat Massimo Melica, et la remise émue et émouvante des attestations aux présents.

La journée a été marquée, en outre, par l’arrivée des messages de vœux de la part de la Présidence du Conseil des Ministres – Ministère pour l’Innovation et les Technologies, et de la fameuse journaliste Lilli Gruber. La Rai, enfin, est intervenue pour documenter quelques moments de la journée.

Il ne me reste qu’à souhaiter que cela ne soit que le début d’un parcours de collaboration, de croissance et d’échange en direction des objectifs communs.


[Imprime cette page]

Accueil
Autres informations sur ce site
Contacts

Home Page | Mission | Mots Clés | Revues dépouillées | Jurisprudence | Contacts
Links | Bibliothèques Italiennes | Bibliothèques Étrangères | Editeurs | Conseil de Direction | Patronages Moraux
Comité Scientifique | Revue de Presse | Signalé par... | Demo | Privacy | Autres informations sur ce site


Iusimpresa ® Copyrights © et Droits Réservés 2001
Pour toute remarque et/ou demande veuillez contacter Iusimpresa
Tel: (+39) 0832 309570 e-mail: info@iusimpresa.com
P.IVA: 02462600756
Osservatorio Centro Studi Informatica Giuridica di Lecce